snark

Snark* is an Independent Book Review dedicated to publishing minorities in translation. Coming soon…

Why minorities in translation? This statement by Milan Kundera summarises it in a remarkable way!

A citizen of the new Czechoslovakia, Kafka considered himself a German writer!
Milan Kundera in a New Yorker article on “Given that the French are unused to distinguishing between nation and state, I often hear Kafka described as a Czech writer. Of course, that is nonsense. Although from 1918 on he was, indeed, a citizen of the newly constituted Czechoslovakia, Kafka wrote solely in German, and he considered himself a German writer. But suppose for a moment that he had written his books in Czech. Today, who would know them? It took Max Brod twenty years and an enormous effort to force Kafka on the world’s awareness, and that was with the support of the greatest German writers! Even if a Prague editor had managed to publish the books of a hypothetical Czech Kafka, none of his compatriots (that is to say, no Czech) would have had the authority needed to familiarize the world with those extravagant texts written in the language of a “faraway country” of which “we know nothing.” No, believe me, nobody would know Kafka today—nobody—if he had been Czech.”
french:

Snark* est une revue de livres indépendante qui se consacre à la publication des minorités en traduction. Bientôt disponible…

Pourquoi des minorités en traduction ? Cette affirmation de Milan Kundera le résume d’une manière remarquable !

Citoyen de la nouvelle Tchécoslovaquie, Kafka se considérait comme un écrivain allemand !
Dans un article du New Yorker du 1er janvier 2007, Milan disait “Étant donné que les Français n’ont pas l’habitude de faire la distinction entre nation et État, j’entends souvent décrire Kafka comme un écrivain tchèque. Bien sûr, cela n’a pas de sens. Même si, à partir de 1918, il était effectivement citoyen de la Tchécoslovaquie nouvellement constituée, Kafka n’écrivait qu’en allemand et se considérait comme un écrivain allemand. Mais supposons un instant qu’il ait écrit ses livres en tchèque. Aujourd’hui, qui les connaîtrait ? Il a fallu à Max Brod vingt ans et d’énormes efforts pour imposer Kafka à la conscience du monde, et ce avec le soutien des plus grands écrivains allemands ! Même si un éditeur pragois avait réussi à publier les livres d’un hypothétique Kafka tchèque, aucun de ses compatriotes (c’est-à-dire aucun Tchèque) n’aurait eu l’autorité nécessaire pour familiariser le monde avec ces textes extravagants écrits dans la langue d’un “pays lointain” dont “nous ne savons rien”. Non, croyez-moi, personne ne connaîtrait Kafka aujourd’hui – personne – s’il avait été tchèque.”

*an imaginary animal (used typically with reference to a task or goal that is elusive or impossible to achieve).
**is a fictional animal invented by Lewis Carroll
*Un animal imaginaire (utilisé typiquement en référence à une tâche ou un objectif insaisissable ou impossible à atteindre).
**est un animal fictif inventé par Lewis Carroll