Verticalement vous serez!

Prenez une poignée de douleur

Ajoutée quelques larmes

Et un peu de poussière des routes infinies

Un petit parfum des saisons d’amour...

Kujtim Paçaku, poète, musicien et homme politique du Kosovo est mort le 17 Mai 2018 à l’âge de 59 ans.   KBP
Kujtim Paçaku, courtoisie © Laurent Geslin / CdB

Verticalement

Quand viendra le jour
Le dernier, sur le tapis de ma vie
Je vous prie,
Au moins, ce jour là
Que je reste
V
E
R
T
I
C
A
L
E
M
E
T
Car toute ma vie
On ne m’a pas permis de rester début !

___________________________

Comment est faite la chanson rom

Il n’y a pas beaucoup d’astuces !

Prenez une poignée de douleur

Ajoutée quelques larmes

Et un peu de poussière des routes infinies

Un petit parfum des saisons d’amour aussi

​Et enfin

Ajoutez des épices d’amour

Saupoudrez dessus de quelques étoiles.

Mettez-la à cuire

À cuir au feu de l’âme

Jusqu’à l’aube.

Traduction de l’albanais Klara Buda ©

______________

P.-s

Kujtim Paçaku, un artiste polyvalent, était aussi pianiste et musicien accompli. Il est l’auteur des vers et de la musique de la chanson que les femmes rromes –Les balayeuses de Tirana improvisent dans mon roman Chloroforme.

La vision de l’amour rrom dans le même roman est fortement inspirée pour ne pas dire fondée sur son énarration pendant nos rencontres au Kosovo.

Je vous la fait découvrir en partageant ce texte du roman Chloroforme avec vous:”

— L’amour, chez nous est souverain, reprit Béla, tout en continuant d’attiser le feu, c’est une chose des plus naturelles, sans tabou. Nous le faisons à son heure, spontanément. Ne vois-tu pas que ce bois-là est trop humide ? dit-elle après coup, en réponse à Rina. Je suis obligée d’ajouter des brindilles ! Mais si ça casse, reprit-elle immédiatement, si lui ne veut plus d’elle ou elle plus de lui, le suivant accepte son ou ses enfants sans le moindre préjugé ; il trouve tout à fait normal de les garder avec les siens. Ainsi, des trois garçons que j’ai mis au monde, mon homme préfère le premier, qui n’est pas de lui, mais le fruit du hasard.

Un silence général fit suite à ce propos.

— Ah, comme tu tournes joliment, joliment les choses, Béla ! jeta après coup la femme à la casquette, du moins à ce qu’Alma crut entendre. Et dans le même temps, une voix enrouée entama un chant rom bien connu :

Hajde  ko bunari,

Se ka dav tut  jekh dolari !

— L’enfant est un cadeau, la plus belle chose!, continua celle qui répondait au nom de Béla. Une femme avec un enfant au sein, c’est là sa plus haute image, son apogée, le signe entre tous de sa vraie valeur.

— La femme, chez vous, ne se conçoit donc que donnant le sein à l’enfant; c’est la raison pour laquelle toutes s’attachent à prolonger le temps de la maternité. « Un enfant au bras, le plus longtemps possible », quoi de plus beau, n’est-ce pas ? répéta la dame à la casquette, d’un ton d’emphase. C’est alors qu’Alma reconnut la voix fameuse de l’une des artistes du Théâtre Populaire.

— Géniale, votre philosophie, conclut l’actrice, une philosophie de vie !

Serait-elle en stage du Parti à la base, ou s’est-elle vue condamnée au travail obligatoire ?

Béla avait enchaîné, là-dessus, à voix lente :

Mon sein est vide,

Mes yeux aussi :

En mon âme s’allume

Un désir d’enfant…

Ce chant qu’elle venait d’improviser, apparemment car personne d’autre ne chantait, rassembla autour d’elle le chœur des autres balayeuses, chacune l’accompagnant à sa façon, en marquant le rythme. Alma suivait cette scène, tout émerveillée. Mais un nouveau coup de fusil la ramena à son sort. Elle s’éloigna de la fenêtre et se dirigea du côté où elle pensait trouver la sortie…”

Kujtim Paçaku, poète, musicien et homme politique du Kosovo est mort le 17 Mai 2018à l’âge de 60 ans. Il était un artiste polyvalent et engagé.

Dans notre mémoire pour toujour verticalement tu seras!