Entre la mort d’Izet Begoviç et la Béatification de Mère Térésa que choisirez vous pour ouvrir votre journal?

Le traitement non-ethnique de l'information Détachement et objectivité Be happy in the moment, that's enough. Each moment is all we need, not more. -Mother Teresa

Séminaire de clôture de l’école politique de Bosnie-Herzégovine et de Kosovo

Entre la mort d’Izet Begoviç et la Béatification de Mère Térésa que choisirez vous pour ouvrir votre journal?

Considérant les différences de la liberté de la presse et du droit d’expression entre l’Europe occidentale et les pays balkaniques, leur passé sous régimes autoritaires et leur culture, l’expérience nous a appris d’aller plus tôt  à leur écoute pour  pouvoir ensuite  glisser doucement en forme de suggestion des leçons de la presse démocratique sans heurter ainsi leur point de vue écoulant de leur passe et de leur culture.

De la méthode classique nous avons préféré  l’enseignement actif.

C’est dans cette optique que je leur ai proposé un  travail en groupe pour choisir la nouvelle plus importante entre la mort d’Izet Begoviç et la Béatification de Mère Térésa  pour ouvrir un journal?

Cette tache constituait un élément  important qui aiderait  de mettre en évidence leur niveau d’ouverture et pour  évaluer ainsi les points fort et faibles.

Le travail en groupe consistait à prendre une décision juste et balancé pour une couverture rédactionnelle sur ces deux événements importants de la semaine passée, le lundi matin  20 octobre. L’actualité était par excellence à notre aide. Il s’agissait  respectivement de la mort d’Izet Begoviç et la Béatification de Mère Térésa. Quel meilleur choix pouvait-il avoir pour mesurer l’ouverture et la sagesse des bosniaques et des albanais, les un envers les autres ?

Pour les aider à se détacher de leur passion  patriotique, je leur ai proposé de se situer dans un pays imaginaire où il y aurait des bosniaques et des albanais et qu’ils pouvaient choisir la tache souhaitée dans une rédaction multiethnique (bi). Apres cela ils devaient décider l’ordre de traiter ces deux informations et de les argumenter on exprimant les raisons de leur choix.

Les groupes avaient  du mal à se constituer et la plus part essayent d’échapper à cette tache.

Alija Izetbegović

Petit à petit quelques courageux ont osé a exprimer leur voix. Pour eux il n’y avait  pas de doute, la mort de M. Izetbegoviç était très importante, plus importante  que la Béatification de Mère Térésa.

Je leur expliqué des exemples type du traitement non ethnique de l’information précisant, qu’il n’y avait pas de formule et de décision pré fabriqué, et que c’était eux mêmes qui devaient décider.  Toutes les décisions argumentés étaient acceptables, car nous étions dans une classe et que quand on aprend on peux encore se tromper.

Il y eu alors les plus extrémistes qui pensaient que meme cette question : qui est le plus importante de ces deux informations, n’avait pas lieu d’être posée et qu’on la posant nous hertons la sensibilité des Bosniaques.

Quand vous leur donné les règles européennes il n’y a pas de problème, ils les notent, mais quand il s’agit de leur suggérer comment apliques ses regles chez eux, au de leurs glisser une ouverture cela devient plus difficile et ils ont du mal à l’accepter.

On conclusion de cette excercise, il est clair que apliquer des regles d’equilibre et d’impartialité devient difficile quand les gens ont vecu et ont été éduquée dans un régime totaitaire.

Que la route vers un journalisme proffessionel est longue et difficile…